“Sept instits ont été formés pour enseigner le français aux petits étrangers du primaire.” La Charente Libre – 03/12/2004

Bravo, l’Éducation Nationale commence à prendre en compte la différence. Il y a encore quelques années, je me souviens d’un jeune Algérien, d’un Ukrainien pour qui rien n’était prévu. Ils sont passés dans ce collège de C. comme de vrais « aliens ». Présents physiquement dans les cours mais ne captant rien comme on dit aujourd’hui ! Bien sûr, ils n’achetaient pas les maisons, ils ne consommaient pas dans les hypermarchés, c’était de ces immigrés qui viennent ici « attirés par nos avantages sociaux ». Le collège unique ne pouvant les digérer, les largua dans la nature à la première occasion.

On peut pourtant s’étonner de cette nouvelle sollicitude (mais la Charente est une exception, il s’agit d’une expérience – Ah bon! vous me rassurez.) quand l’institution « éducative » continue à faire l’impasse sur l’enseignement des langues de France. Là, point de crédits, de détachements de maîtres où de « réponse adaptée à une situation ».

Le linguicide entamé par l’école de Jules Ferry se poursuit et les petits Occitans de Charente Limousine ou d’ailleurs sont maintenus à l’écart de leur patrimoine culturel et linguistique. La question a même été évincée du rapport Thélot. Le forum internet du ministre accepte avec parcimonie les contributions sur cette question. Quand à la future loi Fillon, les langues de France en sont complètement absentes.

« Aucun instit n’a été formé pour enseigner l’occitan aux petits Limousins du primaire. » (ce n’est pas dans la La Charente Libre)

Pensez-donc, il faut s’OUVRIR ! C’est à dire nous fermer à notre identité. L’ouverture « linguistique » qu’on propose à nos enfants est viciée au départ. Elle ignore – elle combat – toute connaissance qui pourrait exister en dehors d’elle-même : par exemple qu’il existe ici, dans les familles, une autre langue que le français, la langue historique du Limousin, l’occitan. Cette « ouverture linguistique » n’est qu’une illusion.
On a même vu dans un département voisin (Corrèze) le recrutement d’un instituteur pour site bilingue occitan-français (c’est prévu par les textes, c’est utilisé à doses homéopathiques). Après formation à l’IUFM de Tulle, la personne a été nommée dans une école tout-à-fait monolingue. On ne savait pas qu’en faire d’autre alors qu’une demande se manifestait.

Les petits Anglais ont de la chance, les petits Occitans n’ont qu’à se couler dans le moule et devenir des citoyens inodores, incolores et sans saveur.

3/12/2004

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s