Serons-nous encore longtemps les dindons de la France ?

Les mauvaises nouvelles s’accumulent pour la Charente Limousine.
Après les projets de décharges industrielles, le démantèlement programmé de l’hôpital, voici la mort annoncée du Lycée de Confolens.
Certains voient dans ces mesures la manifestation d’une « décentralisation » accusée de tous les méfaits.
Quelle erreur ! Ce qui tue le Confolentais, et d’autres zones rurales de Charente ou du Limousin, c’est le manque d’un véritable pouvoir local. Les décisions qui nous handicapent de plus en plus sont prises par les représentants du pouvoir central : préfet, recteur. Les décisions prises à Paris entre technocrates ignorant des réalités du terrain sont appliquées mécaniquement dans les régions qui n’en peuvent mais. Une véritable décentralisation donnerait aux gens de la base la possibilité de choisir leur avenir : que voulons-nous dans notre région ? qu’est-ce qui est possible ? à quel prix? Dans le système français, cela n’existe pas. Ce qui existe c’est le pouvoir autoritaire des Missi Dominici chargés de « récupérer » tant de postes d’enseignants ici, d’économiser tant d’euros sur le secteur de la santé ou d’implanter telle ou telle installation dont personne ne veut.
Ce n’est pas un pouvoir décentralisé qui nous régit, c’est une centralisation endurcie qui veut continuer d’administrer la France comme au temps de Napoléon.
Mais aujourd’hui, chacun peut comprendre que, même dans le Confolentais, l’égalité devant l’impôt doit donner droit à l’égalité devant le service public.
Nous ne devons pas être traités en citoyens de seconde zone.
Il est temps d’avancer vers un véritable régime démocratique donnant un véritable pouvoir de décision aux territoires de base. Pays, régions sont des embryons d’une organisation possible si l’état relâche son étreinte et comme dans de nombreux pays d’Europe leur donne les moyens financiers de choisir leur développement.
Ne nous trompons pas d’adversaire. Exigeons ce pouvoir de décision à la base à travers une véritable régionalisation.
Sinon, les régions rurales du sud resteront encore longtemps, les dindons de la France !

17 novembre 2004

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s