A PIG* for Ansac ? Et plus si affinités ?

Pig : en anglais, cochon.

Encore quelques mois avant le verdict final pour ou contre la décharge du Bois-de-Lacaud à Ansac (16500). Le préfet préparerait son PIG.
Non, il ne s’agit pas d’engraisser un cochon, bien que le bilinguisme de plus en plus rampant en Charente Limousine nous fasse penser au mâle de la truie quand on nous annonce un PIG.

Le PIG en question, c’est un  »projet d’intérêt général », en gros : déposer des milliers de tonnes de déchets dans les mouillères du Bois-de-Lacaud (de l’occitan  »molhera » = zone humide), ça serait bon pour l’environnement et pour le Confolentais. 😦

Voilà donc le PIG qu’on nous engraissera tout cet hiver sur le plateau d’Angoulême, pour peut-être venir nous l’offrir début avril. Un cochon d’avril en quelque sorte.

pig = lo tesson

Pendant ce temps, APROVAL ne perd pas son temps, si l’on peut dire.
Les voilà lancés dans un nouveau projet d’extension, sur leur site de la Braconne et dans une enquête d’utilité publique. L’objectif :  »accroître ses capacités d’accueil et de traitement. Mais aussi d’accueillir de nouvelles activités » (CL, 24/10/2005)
Et plus loin dans cet article on peut lire qu’  »APROVAL veut également être habilité à pouvoir recevoir et traiter les « déchets non radioactifs d’installations nucléaires de base » ».
« Nous ne traiterons que des déchets non radioactifs, comme des cartons d’emballages, de la ferraille, des plastiques. Ce que nous faisons aujourd’hui. Et là encore, nous anticipons : nous savons que d’ici 10, 15 ou 20 ans, les centrales nucléaires actuelles seront stoppées et démontées. Nous voulons être prêts, et donc il nous faut cette autorisation avant » déclare le dynamique directeur.

L’autorisation d’aujourd’hui est pour le site de la Braconne : le site de TRANSFERT.

Et après ?
Où iront ces « déchets non radioactifs d’installations nucléaires de base » ? Ces cartons d’emballages, cette ferraille, ces plastiques, en jargon recycleur, ces DIB (déchets industriels banals).
Si vous avez répondu Bois-de-Lacaud, vous risquez d’avoir GAGNÉ !

Oui, mais c’est  »du nucléaire non-radioactif », nous dit l’article. Du nucléaire décaféiné en quelque sorte, comme les cigarettes sans nicotine d’autrefois. Celles qui n’étaient pas cancérigènes 😦
Où commence le déchet radioactif ? A partir de quelle radioactivité ?
Ça, c’est la variable. Tout dépendra bien sûr de la quantité de déchets radioactifs que l’EDF, l’AREVA et les autres voudront assumer … Il y aura, là comme ailleurs des questions de rentabilité… En les mélangeant bien, on devra pouvoir faire baisser le taux de radioactivité au dessous de la norme. Quelques petites bavures, genre erreur sur les dosages pour compléter le tout. Errare, humanum est 🙂
Et hop, je te décharge quelques camions de déchets nucléaires à Ansac. Ni vu, ni connu.
C’est pas les associations qui viendront les déterrer.

Bon, enfin, je suis pessimiste comme d’habitude. Ça doit être Halloween !

halloween

Ça va être super le Confolentais dans 10 ou 20 ans si on les laisse faire.
Comme dit le proverbe: INACTIF aujourd’hui, RADIOACTIF demain !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s