Incolores, inodores et franchouillards

La « Maison du comédien – Maria Casarès » d’Alloue, confirme sa vocation « d’affaire parisienne, portée par des Parisiens, pour des Parisiens » (ici) mais sur des financements publics.

euroB.jpg

Communauté de communes du Confolentais : 220 000 EUR, (montant annoncé dans « Parlons-en – les informations de la Communauté de Communes du Confolentais » + 720 000 EUR (Europe+DRAC+Région+Conseil Général) pour un total de 940 000 EUR !

Super budget culturel pour la communauté de communes la plus pauvre du département ! (1,6 %).

Le budget « Culture » de l’Etat représente 0,9 % du budget général …

Heureusement pour nous, « L’association « Maria Casarès » paiera un loyer à la CCC. » (Depuis que des protestations de font entendre ?)
Un stage pour des « comédiens » de la région s’y déroule cette semaine (CL du 10/11/2006).
Comme dit l’avocat du diable, « vous voyez bien que vous en profitez, vous aussi… » 🙂

Heureusement, l’un des animateurs tient à nous rassurer: »Notre but n’est pas de former des acteurs régionalistes. Nous allons faire descendre des agents parisiens« . Ouf, je respire.
Remarquez, « l’objectif est de répondre aux besoins des producteurs. Former des comédiens aptes à tenir les premiers rôles des innombrables films et séries tournées en Charente…et ailleurs« .

En effet, l’acteur français idéal est en général, vous l’aurez remarqué si vous suivez les séries TV ou les films à la mode, incolore, inodore et sans saveur.

Chtimi ou occitan, il prononce de manière identique dans un décor impersonnel, conduisant des véhicules aux plaques invisibles dans des lieux les plus anonymes possibles.

La fin du film mentionne en général les sponsors et les « collectivités locales » dégainent les millions d’EUR pour figurer dans ce générique des payeurs 😦

D’où le succès de la Charente et d’Angoulême.

Mais attention, là aussi, point de « régionalisme »!
Dans CL du 16/06/2006, nous apprenions que « Lola Doillon a choisi Angoulême pour une histoire d’ados, légère et grave« . (J’en frissonne d’avance :-))

CL :
« L’histoire se passe donc dans un lycée, a priori Guez-de-Balzac. […]Les cinq comédiens principaux ont entre 14 et 15 ans. « On a fait un casting sauvage pour les trouver« . Dans le métro, dans la rue.
Les principaux rôles sont parisiens. « Parce qu’au début, je ne savais pas où tourner. Mais pour la production, il fallait que je sois sûre des cinq comédiens principaux« .

En revanche, la majorité des seconds rôles ont été puisés dans le vivier régional. « Je ne voulais pas tourner à Paris. C’est trop compliqué, les gens sont moins sympas« . Beaucoup de techniciens ont été recrutés à Angoulême. « C’est vachement bien de trouver autant de main d’oeuvre sur place. C’est rassurant« .
[…] « Il me fallait une ville qui ne soit pas trop touristique, pas en bord de mer. Une région où l’accent n’est pas trop prononcé » […]

Les gros mots sont lâchés : « régionaliste », « accent ».

Pour ces Parisiens – en quête de subventions, de facilités, de gens sympas comme peuvent l’être les « chargés de culture » dans les départements ou les provinces reculées – il faut des acteurs débarrassés des stigmates identitaires.

Pour créer le produit passe-partout (« universel », en franco-business), qui bouchera une soirée sur FR3 ou fera une petite carrière en DVD, on veut des personnages anonymes.

A la rigueur, « en région », on utilisera la main d’oeuvre locale pour la partie technique ou les seconds rôles (salaires moins élevés ?).

Pas très flatteur pour les Angoumoisins si un « casting sauvage » « dans le métro, dans la rue » (dans la capitale !) permet de trouver des premiers rôles !

Una Tor Eiffel dins la testa

C’est en même temps la machine industrielle à uniformiser que nos impôts alimentent sous couvert de politique culturelle, l’argent du mépris.

Les minorités – et les majorités – doivent être invisibles.
Depuis Paris, on ne veut voir qu’une seule tête !

Publicités

3 réflexions sur “Incolores, inodores et franchouillards

  1. Bonjorn,

    Merci pour votre information au sujet du projet concernant la maison de Maria Casarès. J’avais lu quelques articles dans le journal, mais je ne savais pas qu’elle tournure cela prenait. En somme, ce sera un autre « robinet qui fuit » par lequel partiront des subventions de la région, sans retour pour elle. Un petit Magelis pour la Charente limousine. C’est triste, on aurait pu faire mieux. Maria Casarès, d’origine espagnole, était la fille d’un ministre de la République Espagnole, avant l’arrivée de Franco. Réfugiée en France en 1936, elle fit des études au Conservatoire, puis devint membre de la Comédie Française, et du Théâtre National Populaire dirigé par Jean Vilar. C’était une tragédienne, je l’avais vue au théâtre, et aussi au cinéma, je me souviens en particulier d’un film sorti vers 1955, « La Chartreuse de Parme » d’après le roman de Stendhal. Elle jouait le rôle de la duchesse Sanseverina, Gérard Philippe celui de Fabrice del Dongo. Elle avait aussi tenu un rôle dans « Les Enfants du Paradis » (1945), et dans « Orphée » de Jean Cocteau en 1950. C’était une grande artiste, je l’aimais bien. Peut-être aurait-on pu envisager un autre avenir pour cette maison ? Un musée, c’est un peu terne, et puis ce n’est plus la mode. Pourquoi pas un lieu de rencontre Français-Espagnol sur le thème du théâtre, en souvenir de tous les Espagnols qui se sont réfugiés dans la région, fuyant la guerre civile, qui se sont fondus dans la population mais qui se souviennent de ce que leurs ancêtres leur avaient raconté ? Pour que ce soit sérieux et régional, il faudrait que les Universités de Limoges et de Poitiers s’investissent. Avec un tel parrainage ce serait régional, « sudiste » par la référence à la culture espagnole, et pas du tout parisien !

    Allez, Adi,

    D.D.

  2. Pingback: Ocdiovisuel: Occitania liure

  3. Adissiatz,

    La colonisation continue avec la bénédiction des marquis de provinces qui devraient défendre les intérêts de leur région.
    Merci pour cet article qui en dit long sur la considération des productions parisiennes à l’égard des artistes des régions.

    Vergonha macarel!!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s