La cagouille est-elle au bout du chemin ?

Séparatisme à la CCI de Cognac qui s’apprête à divorcer d’avec la CCI d’Angoulême.

Insensibles aux charmes du pré carré charentais, les patrons du Cognaçais et la CCI de Cognac « se tournent vers la mer »… Les intérêts économiques sont plus forts que les limites départementales et le poids de la Charente-Maritime fait basculer « lo país de las vinhas« .

En effet, le découpage départemental date du XVIIIème siècle ! Ses créateurs écrivaient à la plume d’oie et voyageaient en diligence. Si grande que fut leur sagesse, ils ne pouvaient prévoir le « développement » actuel, les flux de circulation et les mouvements de population…

Ils voulaient contrarier les réalités culturelles, casser les identités provinciales. C’est finalement un échec.

Comme à sa naissance, le département de la Charente est tiraillé vers l’ouest et vers l’est.

Si Cognac ressent l’attraction saintongeaise, Confolens regarde vers Limoges.

Angoulême se cramponne à ses privilèges de chef-lieu mais ne peut prétendre à aucune centralité.

En fait, le département est un échelon dépassé. Aujourd’hui il faut penser « pays » et « région ».

Le redécoupage régional devient urgent.

Angoulême devra se tourner vers l’ouest dans une grande région Poitou-Saintonge.
Il faudra redonner ses vraies limites au Limousin
: La Rochefoucauld et Montbron sont occitans.

Il y a là une des sources du « malaise charentais » : lo veson de Monsur Boutant.

En 1788 aussi, les structures administratives avaient fait leur temps. On connaît la suite.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s