Pour une Charente Limousine sans LGV

Quelques arguments pour invalider le projet de LGV Poitiers Limoges en général et son passage en Charente Limousine :

  • – Ce projet ne répond pas du tout au problème actuel : l’invasion de camions européens dans un flux continental nord-est / sud-ouest. La vision de RFF est étroitement commerciale et franco-française : il s’agit de créer/capter une clientèle passagers Limoges-Paris. Or la dimension du problème est autre, la circulation des marchandises à l’échelle européenne. Aucune réponse pertinente sur ce point.
  • – La ligne Angoulême-Limoges n’a pas évolué depuis un siècle ! Alors qu’on pourrait en faire l’axe fer parallèle à la RN 141, une sorte de « rapide inter-régional reliant la Charente Limousine à Limoges et à Angoulême-Royan. Il faudrait multiplier les trains et moderniser (doubler ?) les voies. Celà est abandonné au bon vouloir et aux possiblités financières (limitées) des régions Limousin et Poitou-Charentes. Ce n’est pas leur priorité.
  • – La LGV Poitiers Limoges trancherait dans le vif de la Charente Limousine au mépris de l’environnement, tout ça pour gagner quelques minutes pour rejoindre les embouteillages de Paris !
  • – Le projet POLT est abandonné sans explications sinon qu’on ne peut pas avoir LGV Poitiers Limoges et axe moderne Paris-Toulouse avec train pendulaire.
  • – Il faut à tout prix imposer ici le TGV-fleuron-de-la-technologie-française (pour le vendre ensuite aux Chinois ?). C’est la philosophie traditionnelle des technocrates « on ne fait pas d’omelette sans casser d’oeufs ».
  • – Un concept ad-hoc est créé de toutes pièces : le Centre-Ouest. Il ne correspond à aucune réalité humaine.
Publicités

2 réflexions sur “Pour une Charente Limousine sans LGV

  1. Bonjour, je suis bien d’accord avec vos argumentaires. Peut être aussi faudrait-il parler du contenu de nos transports marchandises. En effet si on y regarde de plus près et c’est notamment le cas pour les produits maraîchers et fruitiers – pourquoi sommes nous inondés par des produits qui traversent les frontières voire même les continents alors que nous les produisons aussi dans nos régions.
    Si nous nous penchions aussi sur ces problèmes et réduisions ces échanges par exemple par un contrôle des importations (mais ce n’est bien sûr pas le seul ingrédient), nous n’aurions pas ces augmentations de trafic routier qui encombrent nos routes et qui sont en demande constante de transport plus adapté, plus rapide et moins coûteux. Cela ramène bien sur aux accords GATT sur la suppression des entraves au commerce international et ensuite OMC et sa déclinaison pour le Traité de Lisbonne. Cela renvoie bien sûr aux questions politiques …
    Quand j’entends des hommes politiques comme A. JUPPE déclarer, suite à la question sur France Inter (http://www.wikio.fr/video/1582691 A JUPPE et Erik ORSENNA) « à quoi verriez-vous comme utilisation du grand emprunt », qu’il serait favorable à favoriser l’agro-alimentaire d’exportation. Je crois rêver, n’ignore-t-il pas que les autres états font la même chose à savoir favoriser l’export pour équilibrer la fameuse balance commerciale. La résultante dans tout cela : une surenchère pour la transformation des agricultures en agricultures intensive avec tout les cortèges de problèmes dénoncés – utilisation de plus d’intrants – pesticides et engrais chimiques, d’OGM, … Il est aussi intéressant de voir que cet homme politique fait peser pour un aménagement des lignes ferroviaires fret Aquitaines pour juguler la croissance du trafic des « vehiculo longo ». Attention je ne suis pas en train de dire qu’il ne faut pas transférer sur le ferroutage et augmenter la vitesse des trains pour contrer la croissance de l’aérien intérieur, mais je suis en train de dire qu’il faut faire une approche globale des problématiques et y apporter des solutions adaptées aux contextes socio-économiques ou l’humain prend sa vraie place et non pas au bénéfice de quelques uns qui n’ont rien d’humain.

    J’ajouterai à cet article que le futur barreau Poitiers Limoges conjugué au Toulouse Bordeaux va mécaniquement affaiblir voire remettre rapidement en question la ligne Paris Limoges Toulouse en tant que grande ligne nationale. Il ne faut pas oublier non plus que les lignes nationales seront ouvertes à la concurrence à partir de décembre 2009. Il y a fort à parier que ce sera alors le sort de toutes les autres lignes nationales TEOZ y compris Intercité Corail. Si cela pose question pour le centre de la France cela remet en cause les équilibres au sud de Limoges puisque la suppression de cette ligne aura comme conséquence que pour Montauban ou Caussade par exemple il faudra utiliser les TGV Toulouse – Bordeaux – Poitiers – Limoges pour se rendre Limoges … ou est l’économie de temps et surtout vis-à-vis de l’empreinte écologique ? On en revient bien à privilégier les communications entre certaines capitales régionales (et encore on ne parle que des futures capitales retenues dans le projet de RGPP) et Paris mais pas entre capitales régionales. En gros on aura ainsi transposé l’étoile parisienne sur ces capitales régionales mais sans penser aux liaisons rapides entre ces dernières.

    • Le Partit Occitan milite pour une relocalisation de l’économie. La N 141 en Charente (Limousine) (et la RN 10 en Charente) sont envahies de camions car ces deux tronçons se trouvent être sur le trajet Lisbonne-Moscou… Nous craignons l’arrivée prochaine des méga-camions de 60 tonnes, dont certains seraient déjà basés dans la Creuse… C’est le contribuable qui subit la pollution et qui finance les déviations, quand il y en a.
      D’accord avec votre analyse sur les aberrations du TGV dans nos régions.
      Le barreau Poitiers-Limoges qui finalement – s’il était réalisé – passerait en Haute-Vienne (monts de Blond) est très activement contesté par les populations limousines et poitevines. La Présidente du Poitou-Charentes vient de refuser de la financer, ce qui est peut-être bon signe pour les opposants. La région Limousin avait toujours soutenu le POLT, jusquà récemment où elle a rejoint le lobby pro-LGV. Pourquoi ? Mystère. Mais cela risque de créer des remous politiques dans le PS (Creuse, sections locales en Hte Vienne et Corrèze…). La campagne des régionales va se jouer en partie autour de cette question. Les « modernisateurs au forceps » (Une partie du PS, UMP) imposeront-ils leur vision politique de l’autre siècle ? Ou bien une nouvelle majorité autour d’ Europe-Ecologie orientera t-elle la région Limousin vers la décroissance soutenable ? Idem en Poitou-Charentes mais là, Ségolène Royal semble vouloir la jouer plus écologique…
      L’hiver sera chaud !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s