Une Gauche ouverte peut-elle se reconnaître dans Ségolène Royal ?

C’est la question que je me suis posée en assistant récemment à une réunion publique du Parti Socialiste.

En effet les membres du PS présents m’ont semblé vraiment « y aller à reculons » pour soutenir leur candidate.


Tout y est passé : « doutes sur les « débats participatifs », doutes sur la volonté réelle de la candidate de revenir sur certaines mesures de la droite (en particulier sur les services publics), doutes sur la prise en compte du « non » au référendum sur le Traité constitutionnel européen, …
Pour moi qui suis extérieur au PS, c’était une surprise de trouver si peu d’enthousiasme vis à vis du « Pacte présidentiel » chez des personnes censées le soutenir (et le promouvoir…).
J’ai entendu une grosse opposition à l’Europe, « cause de tous nos maux », une affirmation sans nuance de « l’exception française », une confiance inextinguible envers « l’Etat » solution à tous les problèmes, un refus têtu de tout ce qui ressemble à la « décentralisation-régionalisation » allègrement confondues, une croyance « incantantoire » en une Gauche abstraite, résumée dans la phrase « Gouverner à Gauche ».

Rappelant les acquis positifs (quoique très insuffisants à mes yeux) de la décentralisation de 1982 (Lois Deferre, présidence Miterrand), je me heurtai à un scepticisme, sinon une opposition sourde à cette évolution pourtant nécessaire de la société française – déjà réalisée chez nos voisins européens.

La gauche que j’ai entendue ce soir-là, s’arcboute sur une vision idéale de l’état central, égalitaire par nature, vérité révélée qui ne saurait être mise en question.

Même les exemples positifs que constituent la gestion départementale des collèges, la gestion régionale des lycées, le matériel ferroviaire régional des TER, pour en rester à des cas basiques sont mis en doute car, « peut-être qu’ailleurs, ce n’est pas comme ça » et « qu’il y a des régions pauvres où c’est peut-être pas pareil » (comme si la Charente – limousine en particulier était au top niveau de la richesse hexagonale !)

Malgré les nombreux rappels du secrétaire de séance au « Texte fondateur » (le Pacte présidentiel de Ségolène Royal), le scepticisme était de mise chez les camarades avec la volonté de « lui faire remonter ce qu’on pensait » sur l’Europe, les services publics, etc… mais « qui ne lui parviendrait certainement pas », pour cause de « filtrage » et qui finalement « ne servirait à rien ».

J’ai quitté cette réunion en plaignant la candidate d’un parti qui la soutient comme la corde soutient le pendu.

Une terrible force d’inertie, qui s’était déjà exprimée au travers d’un « Non » au référendum sur le TCE, qui cache mal en fait – et de moins en moins – un « Non à l’Europe », une nostalgie de « la France d’autrefois » avec son état tout-puissant, régissant la moindre tournée de facteur ou le curage des fossés au fond de nos campagnes (la France jacobine de De Gaulle, avant 1968 ?) est en train de se transformer doucement, si l’on n’y prend garde, en conservatisme politique.

Paré du nom de « Gauche » – étendard magique cachant l’impossiblité et le refus d’évoluer – ce boulet risque de faire sombrer la candidature Royal et d’ouvrir un boulevard au réactionnaire Sarkozy.

Comme le Non au référendum a bloqué l’Europe sur le traité ultra-libéral de Nice, la Gauche enkystée risque de nous offrir un purgatoire thatchérien pavé de bonnes intentions !

Pour gagner, Ségolène Royal doit tenter une ouverture courageuse et publique sur les thèmes novateurs qui peuvent sortir la France de l’ornière :

  • une régionalisation radicale avec prise en compte des identités – occitane en particulier pour nous – (Réforme de l’Etat -république nouvelle),
  • l’affirmation de la diversité comme valeur politique (dignité pour tous les citoyens),
  • l’écologie au poste de commandement du développement (« Excellence environnementale » remise en début de Pacte présidentiel).

C’est en incarnant cette Gauche ouverte, que Ségolène Royal dépassera les conservatismes qui ankylosent un Parti Socialiste d’un autre siècle en attente de sérieuse mise à jour.

C’est la seule voie pour l’emporter au second tour de la Présidentielle 2007.

Publicités

2 réflexions sur “Une Gauche ouverte peut-elle se reconnaître dans Ségolène Royal ?

  1. Dans une lettre ouverte
    à la fédération et à de nombreux militants, dans un autre langage,
    je demande à tous de se remuer le c.. ou le derrière
    et pour certains
    de cesser de ruminer leur …déconvenue…
    Ce n’est pas pour eux que l’énorme majorité des gens qui votent à gauche
    votent, mais pour le mieux-vivre de tous

    « …Ce n’est qu’un début, continuonsle combat !
    « disions-nous en 68

    Aujourd’hui, il faudrait peut-être que les hierarques du parti COMMENCENT CONCRETEMENT à se bouger ! ! !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s