A Confolens, « la postière fait des mots croisés du matin au soir » !

«Vous pouvez faire toutes les manifestations que vous voulez, il n’y a pas un contribuable qui comprendra que la postière fait des mots croisés du matin au soir, alors que si, en même temps, elle vendait des poireaux ou des raviolis, ça l’occuperait»

C’était hier à Confolens, lors d’une visite « sur le terrain » que ces fortes paroles furent prononcées par le représentant de l’Etat central, en réponse au questions des élus.

Charente Libre du 25/11/2008:

« Lorsque les élus déplorent les départs successifs des services de l’Etat, le préfet a parfois la répartie imagée. Comme pour la poste par exemple: «Vous pouvez faire toutes les manifestations que vous voulez, il n’y a pas un contribuable qui comprendra que la postière fait des mots croisés du matin au soir, alors que si, en même temps, elle vendait des poireaux ou des raviolis, ça l’occuperait». Façon pour lui de justifier les points postes, ou les agences postales communales. En réponse à la disparition des services de l’Etat en milieu rural, le préfet a plaidé pour les Relais services publics. «On ne peut plus avoir la même structuration des services publics qu’il y a soixante ans. La France a changé», a-t-il argumenté. «En revanche, on peut avoir un service de proximité assurant l’essentiel de ce que doit être le contact entre les usagers et le fonctionnaire.» En clair, un fonctionnaire «multicartes» sur chaque territoire, assurant le lien avec les administrations.

«Ne croyez pas que l’Etat a décidé, parce qu’on est obligé de réduire la voilure, de laisser tomber le milieu rural. Ça n’est pas le cas», a martelé le préfet. Pas sûr que ça suffise à réconforter tous les élus. »

C’est la vision préfectorale (donc de l’Etat central) du service public en milieu rural.
Inquiétant et méprisant pour ceux qui vivent à la campagne…

En fait, un aveu d’échec.
Oui, le monde a changé, pas seulement la France.

La gestion centralisée d’il y a 60 ans – qui déjà posait problème (1947, parution du livre fondateur « Paris et le désert français ») – est aujourd’hui anachronique.

L’Etat – dont la rentabilité serait intéressante à étudier – ne peut plus assurer la multitude de tâches accumulées au cours des siècles. Il « réduit la voilure« , c’est à dire qu’il privatise les services publics ou qu’il les ferme (à la campagne, le résultat est le même…)

« Privatisation rampante » et centralisation administrative vont de pair depuis le début des années 80.

On ne sauvera pas les services publics si la liaison de ces deux éléments n’est pas comprise. Les défenseurs des services publics, animés d’idées généreuses (certains se réfèrent au programme de la Résistance…) se font des illusions en croyant à l’égalitarisme de l’état. De même pour les élus qui croient agir en quémandant auprès du préfet.

En fait, l’inégalité est au coeur de la centralisation et nous la vivons tous les jours : (fermeture du petit hôpital, de la petite poste, de la petite école , etc…, pour aller vers le plus gros… Pour les technocrates, c’est simple : Confolens=>Angoulême, puis Angoulême=>Poitiers, et finalement Poitiers=>Paris ???). C’est cela que signifie « réduire la voilure ».

Ce n’est qu’en créant un véritable pouvoir de décision régional, doté de ses propres ressources (impôts prélevés par la région et non plus par l’Etat central) que l’on pourra conserver des services publics de proximité. Cette régionalisation existe dans de nombreux pays d’Europe (Débat du 9 février 2007, à Ruffec, l’exemple catalan donné par le maire de St Affrique…).

L’inégalité, nous la vivons chaque jour.

Etre citoyen en zone rurale, c’est avoir moins de services publics : poste qui s’éloigne, école qui ferme, hôpital de plus en plus lointain.

L’Etat centralisé n’assure plus son rôle : il faut changer d’échelle. Remettre la décision à portée du citoyen. La région (dotée de vraies ressources) est l’échelon le mieux adapté.

Publicités

Une réflexion sur “A Confolens, « la postière fait des mots croisés du matin au soir » !

  1. Vous avez parfairement raison. Mais vous oubliez combien nos élus ont été soumis par des siècles de centralisme royal, puis républicain. Exemple les autoroutes dont le tracé est choisi par le ministre de la « circulation ».
    Nos élus ont les yeux rivés sur les centres de pouvoir qui se trouvent à Paris. Et ils quémandent. Pour tout , et pour rien. Autre exemple.
    Les communes de Midi Pyrénées qui vont payer 1 millard 200 milions d’euros et autant pour la région pour l’Aquitaine) pour un TGV sans être sures que celui arrivera à Toulouse un jour, ( c’est prévu pour 2020. Cela représente 12 millions d’euros pour la Cam de Muret soit 800000 euros par an, pendant 50 ans, pour les habitants de Muret, soit cinq à six ans à dix ans de gros travaux d’investissement .Mais c’est pareil à Tarbes , Cahors , Castres , Almbi etc… Alors que lyonnais ,et marseillais l’ont eu sans rien payer . Que pendant des siècles tous les nationaux ont payés pour les musées parisiens , les rocades , les aérodromes, les autoroutes, métros, tour Effel , theâtres , et autres BNF et bricoles en tout genre.
    Aujourd’hui la marée se retire et l’Ile de France ( le nom est explicite, encore que le mot soit déformé et d’origine germanique) se révèle être ce qu’elle a toujours été pour ses régions satellites : un prédateur.
    Pendant ce temps la région « Ile de France » croule paraît-il sous les recettes. Et ne sait où investir, pour apparaître à nouveau comme une capitale européenne, au niveau de Londres ou de Berlin.
    Aujourd’hui après la décentralisation de moyens ridicules, l’état reprend au centuple le peu d’argent accordé.
    Je parlais de rails, et le plus beau se passe, sur le réseau secondaire , les lignes et les gares ferment , les rails sont tellement vetustes que les trains ne peuvent dépasser le 40km/h. Il faut 4 heures pour aller à de Toulouse à Millau. Et les lignes de banlieue toulousaine sont saturées.
    Mais a part cela je pourrai aller à Paris à Dysneland, en 2020 , en moins de trois heures. Dans la ville de l’Airbus ?
    Les postes disparaissent, les écoles , vont suivre, les services de santé , les perceptions , les tribunaux, tout ce qui « coûte » et ne permet pas de garantir des rendements à deux chiffres aux petits copains des élus l’UMP ou helas socialistes( qui ne changent rien quand ils sont au pouvoir).
    A l’étranger , les européens sont sidérés d’apprendre qu’il n’y a qu’un ministre de la culture en France alors qu’il y en a un dans chaque région européenne, en Allemagne , en Espagne , en Italie , en GB , Grèce etc…..
    Vive l’autonomie occitane, à bas les Jacobins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s