En Occitanie, la tempête dévoile des citoyens de deuxième classe

Chaque évènement climatique ramène les problèmes habituels en ce qui concerne le téléphone et l’électricité. En particulier, en Occitanie !

Des centaines de milliers de familles rurales sont privés de ces services publics essentiels pendant plusieurs jours.

Nous avions connu cela en Limousin en 1999 : une semaine sans électricité et dix jours sans téléphone dans notre « vilatge »…

Ce que nous écrivions le 18 décembre après une grosse (?) chute de neige se reproduit avec la tempête de janvier 2009, surtout en Gascogne.

« Les réductions d’effectifs, la centralisation et les suppressions d’antennes locales , la politique de la hot-line remplaçant les hommes sur le terrain, mettent ERDF dans l’incapacité de réparer rapidement. »

Il y a de plus des choix politiques propres à la France pour ce qui concerne ses « régions du Sud ». L’inégalité territoriale que dénonce régulièrement le Partit Occitan est ici flagrante.

Nos régions sont « moins dignes d’intérêt » de la part de l’Etat. Investir dans l’enfouissement du réseau électrique, dans les campagnes occitanes = trop cher !

Imaginons les mêmes problèmes en Ile-de-France. Soyons sûrs que les financements auraient été trouvés et la « solidarité nationale » mise à contribution….

Comme l’écrit le Partit Occitan dans son communiqué à l’occasion des grèves et manifestations du 29 janvier 2009 :

« Les « réformes » de la droite détruisent nos territoires. La fermeture de structures de proximité (maternités, hôpitaux, gares, postes, …) laisse la place à une centralisation des services publics dans un premier temps vers les chef-lieux, puis vers la capitale.

Pour nous, autonomistes, seul l’échelon régional peut répondre correctement aux besoins locaux. Le niveau régional – doté bien entendu des financements nécessaires – est le mieux adapté à l’organisation des services publics. C’est pourquoi nous demandons une gestion régionale des services publics. »

Et « dans un premier temps, le Partit Occitan appelle les Présidents des Régions occitanes à coordonner leurs politiques dans un Conseil de Développement Occitan, alternative aux directives de technocrates parisiens éloignés des réalités du terrain. »

Il y a en effet un grand besoin d’autonomie de décision et de moyens pour qu’au niveau régional, nous puissions mettre en place nos propres solutions.

L’Etat centralisé n’est plus à même d’agir, il doit passer la main.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s