Lacs de Haute-Charente : cela va nous coûter cher…

Dans le compte-rendu de réunion du 8 décembre 2008 à Chabanais, le Confolentais évoquait un « coup de foudre général » entre les élus de Haute-Charente et les promoteurs du groupe Cela…

Ce groupe est le promoteur pressenti parla communauté de communes de Haute-Charente pour le fameux « aménagement » des lacs.

« J’ai vu un directeur d’entreprise, qui était gestionnaire et qui avait su regarder notre territoire, su le comprendre pour pouvoir le vendre à d’autres personnes, d’autres pays. je me suis dit soit on continue à faire petit bras, on essaime différents petits projets, soit on essaie de travailler sur une identité, sur un sens, sur un territoire.. Maintenant je serai (serais ?) plutôt favorable à ce projet » déclarait le président.

Pour une élue, le groupe en question « par ses réseaux internationaux «  va « pouvoir drainer sur le territoire des masses importantes de touristes ».

Pour un troisième, « les particuliers qui investissent ont des abattements fiscaux. Il y a un train qui passe, il ne faut peut être pas le louper »

Dans la Charente Libre de ce jour, 13 mars 2009, la page Cognac nous apprend que le groupe Cela aurait un « projet « ambitieux » sur la ville.

« Les critères de Cela sont précis: la mer, la montagne, la campagne ou la ville avec un intérêt touristique. «Et une volonté affichée des collectivités de nous accueillir, notamment par la réalisation des aménagements annexes» précise Michel Saes [ directeur commercial de Cela ] .

Le miroir touristique attire toujours autant les alouettes de Haute-Charente.

A quel prix ?

Nous l’ignorons toujours mais les « aménagements annexes » nous laisse pressentir une douloureuse pour les contribuables … et sans doute aussi pour l’environnement (béton, goudron, pollution).

Tapez « vautours » dans la case recherche pour connaître les épisodes précédents du feuilleton « Lavaud-Mas Chaban », ces barrages qui nous embarrassent !

Publicités

3 réflexions sur “Lacs de Haute-Charente : cela va nous coûter cher…

  1. Et revoici, Ava & P21 et CELA dans la Charente Libre (25 mars 2009) : « Les eaux vertueuses de St jean d’Angély, toujours au fond du puits ».
    Là aussi mega-projet pharaonique de l’ancienne municipalité : « un centre thermal, un hôtel, des résidences, des commerces »… Promesses d’Eldorado malheureusement : 1) En 2005, la Sécurité Sociale ne donne pas l’agrément pour les cures (ouf, pour le déficit…), 2) Le permis de construire est jugé non-conforme par les Bâtiments de France en 2008.
    Résultat, le centre « thermo-ludique » est aux oubliettes.
    Ava & P21 « intermédiaire chargé de trouver un financeur » et CELA (« Centre Europa de loisirs et d’affaires ») restent en stand-by.

    En Haute-Charente, l’enthousiasme de la CDC reste intact.
    Au moment de voter le budget, le 23 mars, « Avec deux abstentions et deux voix contre, les taux des quatre taxes et l’augmentation de la taxe d’enlèvement des ordures ménagères ont été approuvés. »

    Sem bien ‘dobats !

    Des détails interessants sur ce blog:
    http://blog.angely2008.fr/archives/59

    et dans Google en tapant
    AVA & P2I

  2. rappel de CL du 13/03/2009

     » UNE RÉSIDENCE DE TOURISME VISE LE SITE MONNET
    A Cognac, un projet ambitieux est actuellement à l’étude entre la municipalité et le groupe Cela, spécialiste dans la gestion d’hébergement de tourisme

    Une soixantaine d’appartements, un restaurant, une piscine avec centre de soins, des salles de séminaire. Tel pourrait être le futur visage du site Monnet à Cognac. Cela, groupe spécialisé dans la gestion de résidences de tourisme, a été conquis par ce lieu historique après l’avoir visité avec le maire, Michel Gourinchas. Depuis, les deux parties sont en discussions. Un investissement d’une cinquantaine de millions d’euros ne se fait pas à la légère.

    Si ce projet atterrit aujourd’hui à Cognac, c’est un peu grâce à Jean Combes, l’ancien maire de Saint-Jean-d’Angély, dont le projet de station thermale a été abandonné par ses successeurs. Il suggère à son collègue, conseiller régional PS comme lui, Michel Gourinchas, de reprendre l’idée à son compte.

    De la Boutonne aux rives de la Charente

    «Il s’agissait d’un vaste projet de centre de thermoludisme intégré, comprenant sur le site des Capucins un restaurant de deux cents couverts, un hôtel de quarante-quatre chambres, quatre suites; deux salons, des salles de séminaire; un solarium, une piscine, un hammam, un centre de soins, des salles de massage. Ainsi que 188 logements avec parkings», décrit Michel Saes, directeur commercial de Cela. Le groupe Cela a donc quitté les bords de la Boutonne pour jeter son dévolu sur les rives de la Charente. «Son P-DG, Jean Garsau, a été séduit par le site Monnet à Cognac», témoigne Michel Gourinchas.

    … »

  3. Pingback: Charente : le sort s’acharne sur Cela « lo nhac lemosin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s