Ostensions et identité limousine

LES OSTENSIONS OU LE CULTE LIMOUSIN DES ANCÊTRES
par Martine Boudet

Suite à l’article sur la vie de Georges Guingouin leader de la résistance limousine (Occitania n°157, nov-déc 2007), cet article fait le point sur les ostensions septennales qui ont lieu en Haute Vienne en 2009. Quels traits identitaires caractérisent le Limousin,  composante régionale de l’Occitanie?

  
I-Les ostensions de 2009
Les 71e ostensions limousines ont lieu cette année, de février à novembre. Cette tradition consiste à remémorer l’existence, principalement dans le département de la Haute-Vienne, des saints régionaux. Certaines bourgades en ont conservé le nom : Saint-Yrieix, Saint-Léonard de Noblat, Saint-Junien, Saint-Victurnien… Quant à Martial, il est représenté sur les armoiries de Limoges :
« Partons d’un phénomène original en France : les armoiries de la ville de Limoges comportent essentiellement « sur fond de gueule » le buste de saint Martial, avec les deux lettres S.M. Si la reconnaissance officielle de ce blason fut faite par Charles VII en 1426, la figuration du saint patron était antérieure et remontait sans doute au XIIe-XIIIe siècle, au moment où les habitants du château avaient formé une communauté et s’étaient doté d’un consulat.» (1)
Depuis cette époque, la devise limougeaude est « Dieus gart la vila e Sent Marsals la gent». En Charente, les paroisses d’Abzac et d’Esse, qui appartenaient au diocèse de Limoges avant la Révolution, participent aussi à la mobilisation ostentionnaire.

II-Le culte des saints chrétiens
Les ostensions, organisées tous les sept ans les lendemains de Pâques ou de Pentecôte, se différencient des habituelles fêtes annuelles commémorant les saints locaux au jour anniversaire fixé par le calendrier liturgique et organisées par des confréries spécialisées ; ces fêtes sont appelées « frairies » dans la région, de par l’association des deux mots, « fêtes » et « confréries » :
« En plus et au-delà de ces fêtes annuelles , quelques localités limousines célébraient, à intervalles plus ou moins réguliers, des fêtes d’une tout autre ampleur, les ostensions des reliques des saints. C’était un usage assez répandu, en plein Moyen-Âge, lors de graves calamités, de recourir à un ou plusieurs saints, en « levant » leurs reliques pour les porter en procession. Les Limousins, si attachés à leurs saints, ne devaient pas manquer un pareil recours. (…)On en arrive ainsi, au début du 16e siècle, à une périodisation régulière ; tous les sept ans, durant sept semaines, de la Quasimodo à la Trinité, phénomène qu’on ne trouve pas, en France, hors du Limousin. ». (2)
Une autre caractéristique réside dans la primauté de la représentation masculine: ce fait s’explique par l’institutionnalisation d’une religion patriarcale qui exclut les femmes de l’office et les cantonne à l’espace monastique, marqué par le silence et la retraite. En parallèle, la dévotion populaire et féminine s’exprime au travers d’une tradition orale et anonyme, par le culte animiste aux fontaines et aux statues mariales…

III-Un foyer occitan
Les cérémonies ostensionnaires s’originent dans une première procession en 994, destinée à obtenir du saint limougeaud, par ailleurs apôtre d’Aquitaine, l’arrêt du « mal des ardents » ; cette procession fut organisée avec les clercs d’Aquitaine et de l’ouest, régions victimes de la maladie :
« Dans la joie de la santé retrouvée et mettant à profit la réunion à Limoges des évêques autour de l’évêque Hilduin, ceux-ci avisèrent d’imposer aux seigneurs un « Pacte de Paix et de Justice » avec menaces d’interdits contre ceux qui ne le respecteraient pas, leur enjoignant de limiter la guerre aux combattants et de respecter les populations et leurs biens. Dans un monde de sévices étaient jetés les germes de pacification, premier jalon de ce qui deviendra plus tard en 1040 sous l’influence de Saint Odilon de Cluny, la  » Trêve de Dieu «  ». (3)
L’influence civilisationnelle des pays d’oc se manifeste dans la régulation du bellicisme féodal des sociétés médiévales : le principe de la « paix de Dieu » est posé au concile de Charroux en 989, répandu dans la grande Aquitaine et diffusé par Gerbert d’Aurillac, influencé par ailleurs par le progressisme tolérant de la culture hispano-andalouse et élu pape en 999. Sur cette base et malgré les courants contraires d’annexion territoriale et d’inquisition, se maintiendra une tradition d’autonomie qui explique en Limousin la persistance d’une religion populaire. Ainsi, la devise limougeaude, née dans le quartier du château, est-elle inscrite en occitan et non en latin, langue propre aux pouvoirs politique et religieux, ce dernier étant représenté par le quartier éloigné de la Cité. En complément de cette vie religieuse double, se développe la courtoisie à partir de l’abbaye de saint-Martial, installée au centre de la capitale régionale, sur l’actuelle place de la République. Musique et poésie y élirent domicile, créant un contexte favorable à l’éclosion des talents des troubadours locaux, dont Bernart de Ventadour.

IV-Une culture patrimoniale
Les ostensions procèdent d’un culte ancestral et païen, celui de la fidélité aux défunts, que le christianisme a intégrée sous la forme de la communion des saints. La longévité de ce culte endogène s’explique par l’enclavement de la région, située entre pays d’oïl au nord de la Loire et Occitanie, dont elle constitue la partie septentrionale.
Comme l’écrit Georges Emmanuel Clancier, s’est développée, parallèlement aux ostensions et à la courtoisie poétique et musicale, la culture des arts du feu, en l’occurrence du travail de l’émail et de l’orfèvrerie, appelé « œuvre de Limoges » (4) :
« Déjà terre des orfèvres (leur patron, saint Eloi, le conseiller de Dagobert était né à Chaptelat, près de Limoges, et avait dû fonder l’abbaye de Solignac), il était naturel que le Limousin prît le relais des premiers émailleurs des abbayes de Conques et de Silos, qui, elles aussi, à l’instar de Saint- Martial, jalonnaient le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.
N’est-il pas significatif le voisinage, dans le même temps, sur la même province, des troubadours, égaux par la pureté et la fraîcheur de leur chant aux plus grands poètes que pourra connaître la France jusqu’à nos jours, le voisinage des Bernard de Ventadour, des Gaucelm Faidit, des Bertrand de Born, avec ces artistes dont les émaux champlevés puis cloisonnés ornèrent les châsses, les crucifix, les ciboires, les tabernacles de l’Europe entière ! 
» (5)
Cet artisanat s’est développé sur la seconde voie de pélerinage, appelée « voie de Limoges » et qui passait aussi à Saint-Léonard (6). Ces phénomènes corrélés que sont les ostensions et les arts du feu donnent à la région une personnalité populaire et artisanale forte, enracinée dans le sacré. Avec la laïcisation de la vie sociale, c’est l’industrie de la porcelaine, art du feu profane, qui a pris le relais.
Ces traditions se maintiennent paradoxalement dans une société marquée par l’anticléricalisme et par un communisme rural, donnant ainsi la preuve de leur caractère patrimonial. Le « communionisme », pour reprendre le néologisme de Georges Guingouin qui se référait aux expériences autogestionnaires et en coopérative de ses compatriotes, n’est-il pas en fait une forme immanente de communion des saints, de même que la version régionale du « paratge »? Rappelons que le paratge est un pacte de convivialité occitane qui fonde l’ascension sociale et l’égalité entre les citoyens sur les critères de la noblesse du comportement et du mérite, à la différence de la féodalité franque, construite plutôt sur la force et la naissance. Ainsi, à l’opposé des hiérarchies pyramidales, la démocratie limousine reflétée par l’organisation des ostensions se construit de manière décentralisée, en réseau et en démultipliant les pouvoirs du culte, l’église catholique partageant avec les autres pouvoirs, civil et associatif -celui des confréries-, la responsabilité des rituels. Dans ces conditions, la laïcité à la française perd cet effet pervers qui consiste à confondre abusivement religions et spiritualités et à reléguer les questions spirituelles dans le cadre étroit des individualités.
Loin de ne conserver que des particularismes archaïsants, superstitieux ou folkloristes, le Limousin maintient donc, grâce à sa conscience mémorielle, les racines qui le relient à l’essence des lieux et des êtres. Loin de l’image stéréotypée d’un désert où l’Etat « limoge » ses indésirables, cette région est un lieu de ressourcement (7) pour les adeptes de la sobriété et de la simplicité volontaire.

Documentation:
http://www.ostensions-2009.eu
http://site.voila.fr/confrerie.st.martial/index.html

Martine Boudet
article paru dans : « Occitània » n° 164, (març-abril de 2009)- B. P. 28 – 81370 Sant Sulpici La Punta

1) Louis Pérouas, Les Limousins (leurs saints, leurs prêtres du 15e au 20e siècle) p .45,46 (CERF, 1988) Les Ostensions de Limoges auront lieu du vendredi 17 au dimanche 19 avril 2009.
2) Louis Pérouas, opus cité, p. 55-56
3) http://www.ostensions-2009.eu, Le miracle des Ardents de 994.
4) En dehors des églises et musées régionaux, l’ « œuvre de Limoges » est visible à Paris, au musée de Cluny, musée national du moyen-âge.
5) Georges-Emmanuel Clancier, Terres de mémoire, (p.11,56,60, Editions J-P Delarge, 1980). Citation extraite de l’ouvrage collectif sous la direction de Maurice Robert, Limousin et Limousins (image régionale et identité culturelle), p. 119, 121 (Editions Lucien Souny, 1988)
6) Louis Pérouas, opus cité, p. 46. « Par rapport à Martial plus localisé à Limoges et aux environs, Léonard prend une stature de prénom régional. »L’importance des saints se note à l’adoption de leurs prénoms par la population.
7) L’affaire de Tarnac, village situé dans l’ancienne zone d’influence de la chiraquie sur le plateau de Millevaches, témoigne du statut régional d’exutoire, dans le conflit des cultures et des intérêts menée en France.
Quelques photos des Ostensions d’Esse (16500), 01/06/2009

Las Ostensions d'Essa (Charanta lemosina) 01/06 de 2009

Ostensions de Saint-Junien, 28/06/2009

Las Ostensions a Sent Junian (28/06/2009)
Publicités

3 réflexions sur “Ostensions et identité limousine

  1. Article de la Charente Libre :

    ESSE SE FAIT PROPHÈTE AU PAYS DES OSTENSIONS
    La plus ancienne des processions de Charente s’ébranlera lundi depuis l’église d’Esse à l’occasion des ostensions

    30.05.2009
    Philippe ANDRÉOULIS

    Lundi de Pâques, les reliques des saints d’Esse avaient fait leur entrée solennelle à l’église d’Esse. Elles en sortiront lundi pour la procession • photo archives Annie Grandjean

    Les 25 000 roses en papier crépon sont déjà prêtes. Deux cents têtes de sapin et quatre à cinq remorques de branches, serviront aussi à décorer les quarante-cinq maisons qui bordent l’itinéraire de la procession et les trois arcades aux entrées de la commune.

    Pour sûr, comme il y a sept ans, Esse ne veut pas décevoir les quelques milliers de personnes qui viendront assister aux ostensions. Il y a sept ans, la fréquentation oscillait entre 3.000 et 3.500 personnes. Cela ne pourra pas être moins. D’autant plus qu’à Esse, on met les bouchées double. «On a déjà fait huit ostensions. On en a dix-sept à faire en tout», raconte le premier bayle de la confrérie Saint-Etienne d’Esse, Jean-Marie Courivaud. «Ça ne peut que nous faire connaître. Et si on y va, les gens viennent ensuite à Esse», affirme-t-il, en bon connaisseur du sujet. Car en pays limousin, les ostensions constituent un rendez-vous qui ne se rate sous aucun prétexte. A Esse en tout cas, la mobilisation est générale. «Il y a des gens qui ne mettent jamais les pieds à l’église! Mais pour eux, les ostensions, c’est sacré.»

    Au total, des délégations sont attendues de dix-neuf communes: huit paroisses ostensionnaires et onze confréries. Parmi ces délégations, quelques Charentais: Brillac, Confolens, Saint-Christophe, Chabanais, Lesterps, Ruelle.

    La journée de lundi débutera à 10 heures avec une messe célébrée par Claude Dagens, évêque d’Angoulême et François Kalist, évêque de Limoges. La procession se mettra en place à 14h30 et s’ébranlera à 15 heures avec la sortie solennelle des reliques. Durant une heure et demie, les participants parcourront deux kilomètres autour du bourg, avec adoration des cinq croix. A 17 heures, cérémonie de clôture.

    Un concert la veille. Demain soir, la veille des ostensions, la chorale Diapason de Bellac donnera un concert en l’église d’Esse à 20h30. Au programme, des chants religieux. Tarif 5 €, gratuit pour les moins de 12 ans.

    Un DVD souvenir. Il y a sept ans, une cassette vidéo était proposée en guise de souvenir de la journée aux participants. Progrès technologique oblige, ce sera cette année un DVD qui sera vendu au prix de 15 €. Un bulletin de réservation sera glissé dans le livret de messe.

    Les attributs des évêques au musée. A l’occasion de cette journée, le musée des ostensions, à l’étage de la mairie d’Esse, sera ouvert. Il présentera exceptionnellement une exposition des attributs des évêques d’Angoulême du début du siècle. Crosses, anneaux, mitres, calices ont été prêtés par l’évêché et la cathédrale Saint-Pierre.

    Repas. Des plateaux-repas seront servis sur réservation (10 € tél: 05.45.85.31.87). Le restaurant La Taverne proposera de son côté un menu du jour à 12 € (tél: 05.45.31.97.75).

    Parkings. Pour l’occasion, le bourg d’Esse sera interdit à la circulation. Des parkings seront indiqués aux entrées de la commune.

    Autres ostensions en Limousin. Le programme des ostensions est fourni. Ce soir à Rochechouart à 21 heures, messe et procession aux flambeaux. Demain à partir de 15 heures grande procession avec 1.000 figurants.

    Rendez-vous ensuite le samedi 6 juin au Dorat. Dimanche 7 à Chaptelat. Samedi 13 à Eymoutiers. Dimanche 14 à Charroux. Dimanche 21 à Saint-Yrieix-la-Perche. Dimanche 28 à Saint-Junien.

    Dimanche 5 juillet à Crocq. Dimanche 4 octobre à Pierre-Buffière.

    Programme completà télécharger:
    http://fr.calameo.com/books/000001348ba616b7bed8b

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s