Occitan, européen, écologiste

Il y a 20 ans, en juin 1989, à la salle Blanqui, à Limoges, nous (la fédération limousine du Partit Occitan) avions invité Max Simeoni, candidat régionaliste aux élections européennes sur la liste  »Les Verts-Europe-Ecologie », pour représenter les peuples de l’hexagone.

C’est à la fin de son mandat européen que naissait  »Régions & Peuples solidaires » pour faire entendre la voix du «régionalisme» dans une France repliée sur son centralisme jacobin et parisien.

Au parlement européen, RPS est représentée par l’ALE, l’Alliance Libre européenne qui compte 6 députés.

Avec 37 Verts et 6 ALE, le groupe Verts-ALE a été le moteur de nombreuses initiatives progressistes au parlement européen : pour répondre au changement climatique, pour réguler les marchés financiers, pour une alimentation plus saine, pour la priorité à la politique sociale, pour l’égalité des chances et des droits…

Le 24 mars 2009, une résolution d’initiative du Parlement européen soulignait la nécessité d’appuyer l’enseignement en Europe des langues, y compris régionales et minoritaires qui représentent un atout pour la diversité culturelle.

«Le Parlement renouvelle son engagement de longue date en faveur de la promotion de l’apprentissage des langues, du multilinguisme et de la diversité linguistique dans l’Union européenne, y compris des langues régionales et minoritaires. Celles-ci appartiennent au patrimoine culturel et doivent être protégées et encouragées, le multilinguisme étant « essentiel pour une communication efficace et constituant un outil permettant de faciliter la compréhension entre les personnes et, partant, l’acceptation des différences et des minorités ».»

Dans un autre domaine, celui de l’internet, , – avec un amendement proposé par 3 eurodéputés dont Daniel Cohn-Bendit – le Parlement européen vient de s’opposer à la  »riposte graduée » comme la propose le gouvernement français.

« En vertu du principe selon lequel aucune restriction aux droits et libertés fondamentales des utilisateurs finaux ne doit être prise sans décision préalable de l’autorité judiciaire en application notamment de l’article 11 de la charte des droits fondamentaux, sauf en cas de menace à la sécurité publique où la décision judiciaire peut intervenir postérieurement »

En 2009,  »Régions & Peuples solidaires » a trouvé sa place dans le Rassemblement Europe-Ecologie avec 5 candidats :

* dans l’Ouest : Mona Bras de l’Union démocratique bretonne;
* dans le Sud-Ouest, avec Guilhem Latrubesse du Partit Occitan et Menane Oxandabarats du mouvement basque AB;
* dans le Sud-Est avec François Alfonsi du Parti de la Nation Corse et Anne-Marie Hautant du Partit Occitan.

Notre grand regret, c’est que que le Partit Occitan ne soit pas présent sur la liste Centre-Massif Central qui couvre 2 régions occitanes, l’Auvergne et le Limousin.

L’apport des occitanistes dans cette campagne a été sous-estimé dans la circonscription Centre-massif central.

L’élection ou non d’un écologiste tiendra à peu de voix et notre participation aurait pû être décisive. Mais, on n’a pas voulu de nous.

Complexe «anti-patois», préjugé anti-régionaliste, conception centraliste et étroite de l’écologie ? Allez savoir…

Au Partit Occitan, et en Limousin, notre priorité demeure le rassemblement de tous ceux qui veulent une Europe différente et un projet de société basé sur un double respect : respect de la planète et respect des cultures et communautés humaines.

La communauté limousine et occitane est l’une d’elles.

L’état centralisé, jacobin et parisien, nous le connaissons depuis plusieurs siècles.

De lui, l’Occitanie n’a rien à attendre.

Son obsession c’est le développement de son centre, duquel tout doit dépendre. Ils lui ont trouvé un nouveau nom : le Grand Paris.

Dans la République du Grand Paris, le Limousin n’a pas d’avenir. Son Conseil régional n’est qu’un nain.

L’an dernier, la République a rangé  »les langues régionales » sur l’étagère du  »patrimoine » à l’article 75 de la constitution. Pour se mettre en règle, à bon compte, avec la  »Charte de Langues régionales et minorisées », qu’elle ne veut pas signer…, le français restant la langue de la république. (article 2 rajouté en 1992, contre l’invasion de l’anglais.)

On est bien placé en Limousin pour voir les résultats : l’anglais devient pratiquement la seconde langue officielle…, l’occitan – la langue historique du peuple limousin – est absent de l’école, de la télé, des médias… La majorité des occitanophones est dans les cimetières. L’occitan, ets considéré comme langue en grand danger par l’UNESCO…

Cependant, le règne de l’état tout puissant, mode XIXème et XXème siècles ne sera pas éternel.

Déjà 80 % des lois françaises en matière d’environnement sont décidées au niveau européen. 100% des lois dans le domaine agricole..

L’Europe est devenue, que nous le voulions ou non, le lieu où se prépare notre avenir.

L’Europe est souvent critiquée. C’est le bouc-émissaire idéal pour les politiques qui refusent d’assumer les décisions impopulaires qu’ils ont contribué à prendre.

Au Partit Occitan, sans être aveugles sur les politiques trop souvent technocratiques, parfois dangereuses, nous préférons considérer ce qu’elle peut nous apporter de positif.

Pour nous, c’est  »un espace de paix et de coopération entre les 27 états et les 83 peuples qui la composent »,  »à rebours des visions archaïques ou souverainistes » responsables des dizaines de millions de morts des 2 ou 3 siècles précédents…

La crise actuelle – écologique, climatique, culturelle, économique, financière – vient nous rappeler l’urgence de changements radicaux si l’humanité veut encore un avenir.

Mais, pour cela l’Etat-nation n’a pas de solutions. Encore moins quand il est mené par un Bonaparte.

Car l’Etat-Nation, c’est celui qui écrase. Il écrase les différences au dehors – en se taillant des colonies sur tous les continents – et il écrase au dedans en imposant sa langue, sa culture, sa conception centralisée de la modernité.

En Limousin, l’exploitation de l’uranium, la désertification rurale, l’éradication de l’occitan, l’exode des jeunes travailleurs, le tourisme présenté comme panacée, en sont quelques exemples…

L’Etat-Nation, c’est celui qui impose le nucléaire, les autoroutes, les côtes bétonnées, l’agriculture sans paysans, la chimie industrielle, le quadrillage militaire et policier, la carte d’identité nationale, l’uniformisation linguistique et culturelle.

L’Etat-Nation est une machine de guerre qui ne demande, à la première occasion que de se remettre en marche !

Le bon niveau pour proposer des solutions, c’est l’Europe. Mais le niveau pertinent, pour appliquer ces solutions, c’est la Région. Pas la région technocratique, taillée en force dans le tissus humain, mais la région appuyée sur son identité historique, qui s’exprime dans sa langue et sa culture.

L’Occitanie qui n’a jamais pu décider elle-même de son avenir a subi un développement culturel et économique imposé de l’extérieur. Le colonialisme intérieur dénoncé depuis les années 70 s’y est donné libre cours.

Au Partit Occitan, un de nos plus vieux mots d’ordre c’est VOLEM VIURE AU PAIS.

 »Vivre au Pays », ‘travailler et décider au pays », c’est l’application concrète du produire et consommer local, pour la nourriture, l’énergie, les services publics… Pour nous cela signifie favoriser les circuits courts, les emplois locaux, les énergies renouvelables, le recyclage des déchets, la biodiversité locale…. En fait, le pouvoir local et régional pour décider de l’implantation et de la gestion des services publics, des transports en commun…

En période de crise, notre revendication est d’autant plus pertinente car quand le chômage et la précarité s’installent, qui mieux que les réseaux familiaux, amicaux peuvent répondre à l’urgence de solidarité ?

L’écologie ne doit pas rester un projet abstrait, coupé de l’histoire des hommes et de leurs communautés.

Nous voulons donc une Europe fédérale respectueuse des identités régionales, des vraies régions.

Et le 7 juin, un seul choix possible : Europe Ecologie !

Publicités

2 réflexions sur “Occitan, européen, écologiste

  1. Et que faites-vous du ciment national en matière de protection sociale (sécu, chômage …), en matiére de transports et réseau (auto)routier, en matière d’égalité des citoyens devant la Justice, les différents tribunaux? Que faites-vous du Code du Travail déjà tellement mis à mal mais socle de droits minima pour tous les salariés? …?Quelle est votre schéma précis sur les liens entre Europe, Nation et Région?

    • Les droits sociaux et l’égalité entre les citoyens ne sont pas liés intrinsèquement à la centralisation du pouvoir et à l’uniformisation.
      Le pouvoir actuel n’est pas « régionaliste », loin de là. Celà ne l’empêche pas de remettre en cause, comme vous le soulignez, le Code du Travail.
      Au contraire, le centralisme est le meilleur agent de la politique néo-libérale. Les « régions » actuelles, sans pouvoirs réels ne peuvent s’opposer à la casse des services publics décrétées depuis Paris. Tant pis si la vie dans les campagnes devient impossible…

      Dans les états fédéraux, les compétences sont réparties entre les différents niveaux de décision.

      On pourrait imaginer comme compétences relevant de la « Communauté Autonome d’Occitanie » :
      * infrastructures générales et aménagement de l’espace,
      * Mise en valeur et politique agricoles, industrielles, artisanales et touristiques.
      * Contrôle des sources d’énergie et des matières premières
      * Epargne, crédit. commerce.
      * Patrimoine foncier.
      * Maintien de l’ordre.
      * Culture, Loisirs.

      Comme compétences relevant de l’Etat :
      * Affaires étrangères, représentation diplomatique.
      * Défense.
      * Monnaie.
      * Police judiciaire.
      * Statut des personnes.

      et comme compétences partagées entre l’Etat et la Communauté autonome :
      * Fiscalité.
      * Justice.
      * Enseignement et formation.
      * information radio-télévisée.
      * Commerce extérieur, douanes.
      * Transports.
      * Postes et télécommunication.
      * Énergie.
      * Fonction publique.
      * Législation sociale, santé.

      En même temps, nous sommes favorables à l’émergence d’une « Europe des régions et peuples solidaires » dotée d’un Sénat des Régions leur permettant de se faire entendre dans la prise de décision européenne.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s