L’Occitanie se souviendra de Robert LAFONT

Robert Lafont, l’un des principaux artisans de la Renaissance occitane au XXème siècle, nous a quitté le 24 juin 2009. Sans lui, on ne parlerait probablement plus de politique et de culture occitanes.

Penseur de l’occitanisme moderne, il a toujours lié recherche et engagement dans les champs de la linguistique, de l’histoire, de la littérature ou de la politique.

Ecrivain, essayiste, sociolinguiste, co-fondateur de l’Institut d’Estudis Occitans en 1945, professeur, il a beaucoup œuvré pour l’enseignement de l’occitan. Mais sans Occitanie, pas d’avenir pour la langue occitane.

Chez lui, militantisme linguistique et combat politique pour le pays sont inséparables.
A travers une production littéraire foisonnante, en occitan, français, catalan, retenons quelques textes fondateurs pour le combat occitan:
La révolution régionaliste, Gallimard, 1967
Autonomie: De la région à l’autogestion, Gallimard, 1976
Petita istòria europèa d’Occitania, Trabucaire, 2003

Pour beaucoup d’entre nous, il fut l’Initiateur de notre engagement pour l’Occitanie.

Il avait rejoint le Partit Occitan en 2001. Il nous accompagnait dans la réflexion et l’action civique et politique, toujours ouvert aux idées nouvelles, disponible dans la discussion, pour échanger en toute clarté. Ses articles réguliers dans Occitania, la revue du P. Oc en sont le témoignage.
(disponibles ici) http://partitoccitan.org/debat.htm

Robert Lafont a ouvert le chemin de la libération du peuple occitan.

Publicités

Une réflexion sur “L’Occitanie se souviendra de Robert LAFONT

  1. Que Lafont mostrèt amai la « messorgua » istòrica de l’istòria françèsa. Sens malicia , sens malvolença, desmarguèt la bèla bastison de la cançon de Roland. ( que lo nom de l’espasa de Rotland n’es ja una prova: « Durandal ») E trobèt lo luòc vertadièr de la batesta de Roncesvals, (del costat de Narbona) en rapòrt ambe las estudias de C Lejeune . Mostrèt que Rotland èra puslèu normand e Olivier occitan.
    Mostrèt encara qu’Occitania reverta un trauc negra » prigond al miètjorn de França. Un trauc impossible de tampat pel Paris. Qu’exista dempuèi l’an 1200, es a dire dempuèi bèl briu, entre Italia e Catalonha (e Espanha e Portugal)un camin major de la civilisacion euròpeenca . Expliquèt encara consi Chretien de Troyes encapèt de copiar las poesias trobadorencas e las legendas celticas. E mostrèt subretot que França se trufa de la realitat e mespresa d’a fons las fondacions de la nacion, e los apòrts istoricas « regionals ».
    Encara mai que Lafont expliquèt lo ròtle curios dels josius(caçaires e caçats) dins Espanha, ambe la venda de « slavas » per la reconquista de Jerusalem, puèi l’exil dels josius d’Espanha cap a Turquia, segond l’idèa del papà .
    Que n’ai pas legit encara la mitat de son òbra e que Lafont es vertadièrament revolucionari pel poder françès e que s’arrisca pas de ne parlar a l’academia.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s