Limousin : l’occitan à tous et pour tous !

Estela Parot-Urroz est candidate en Haute-Vienne sur la liste Europe Ecologie Limousin.  Ce texte témoigne de la difficulté de faire appliquer la loi quand il s’agit d’une langue minorisée, l’occitan. L’Education nationale fait la sourde oreille et ignore superbement les réalités culturelles, transformant Éducation en Eradication.

« Parla, pitit!

Estela Parot-Urroz.


A l’école de Meymac, Ayshegul a aimé apprendre « Una fuelha a tombat, a tombat aquí sus ton nas, una fuelha a tombat, sus ton nas e puei a virat… »

A l’école de Rivet (quartier les Beylies Hautes de Brive), un élève m’a dit « Mais, maîtresse, tu nous parles portugais ? Je comprends tout ce que tu dis »,

A l’école des Condamines de Tulle, les enfants de Très Petite Section ont su dire, tout seuls devant le micro, une comptine sur leurs petits doigts,

A St Jean, à une remplaçante qui s’exclamait en oc dans la cour, les élèves ont dit: « Mais, maîtresse, tu nous parles en occitan ? On connaît, on en fait tous les samedis »

Les grands que je revois me saluent en occitan, devant leurs parents, devant l’école, avec fierté. Ils racontent à leurs nouveaux enseignants qu’ils ont appris cette langue.

Quand ils sont excités, ils chantent en se tenant la main dans la cour  « Carnaval es arribat, fuma la pipa, fuma la pipa… »
Etc…

Une élève de grande section, en famille d’accueil suite à des traumatismes subis dans sa famille, a su écrire, et avec quelle tendresse, sur un petit livre d’images que j’avais préparé pour les élèves, « Bona nuech « en lettres capitales.

La personne qui la suit m’a dit: « ça alors, ça lui plaît vraiment, l’occitan. COMMENT CA SE FAIT? »

Parce que l’occitan, ce n’est pas le particularisme d’un certain territoire, rural ou urbain,
Parce que c’est la langue et la culture de cette région,
Parce que c’est une passerelle entre ceux qui arrivent et ceux qui sont déjà ici,
Parce que l’enseignement de la langue et la culture occitanes sont inscrits dans les programmes de l’Education Nationale, avec différentes possibilités (de la simple initiation à la classe bilingue à parité horaire (qui se réalise par le vote d’un Conseil d’Ecole informé), en passant par l’occitan transversal dans les matières enseignées à l’école).
Parce qu’avec, on peut soulever des montagnes d’ignorance sur le monde qui nous entoure et surtout le faire sien,

Et pourtant… Tout est tellement difficile dans l’académie de Limoges…

C’est pour cela et pour nos enfants, qu’il nous faut agir dans la future éco-région, et vite!

Avec un service régional de la langue comme en Aquitaine: il mettra sur pied une convention Etat-région afin de définir des objectifs avec le Rectorat en terme d’enseignement.

Nous avons des exemples de démarches dans toutes les autres régions occitanophones.

L’académie de Limoges est la seule sans classe bilingue, sans initiation, sans enseignement secondaire ou presque (seul un collège de Corrèze propose un véritable enseignement).  »

Voir, pour finir de s’en convaincre, le blog d’un signataire de l’appel d’Europe Ecologie Limousin, qui traite aussi de la situation au niveau culturel:

http://taban.canalblog.com/archives/2010/01/01/16351793.html

Publicités

3 réflexions sur “Limousin : l’occitan à tous et pour tous !

  1. Los enfants son la clau. Mas afiguratz vos que la mieuna pichona filha , la lenga que parla naturalament a la calandreta , es venguda , me pareis, lo parlar de la calendreta. Una mena de clavadura. Tre que passa la pòrta de l’escòla, parla pas pus que l’occitan, mas, ambe ieu, dempuèi qualques temps, que me respond pas tròp quand i parla, o sentissi, coma se li pareissia pas tròp normal, natural, e me demanda( lo teu fraire la parla?, e ton paire la parlava? ) que son pas gaire los adultes,que la parlan defòra. Crènhi que s’endevene pas, dins son idèa, que lo parlar de l’escòla , un mena de lenga segrèta entre els,pels enfants.
    E doncas cal s’i mettre leu e de pertot… E defòra l’escòla tanben…

    • Òc quo es vertat tot aquò, lu meu pairin vielh parlava bien la linga, e sens embarradura, aurá qu’es ren, nonmas remembres d’autres còps, dins los ranvers d’a Tiviers ente sei nascut… mas a la fin de las fins avem los mejans de far tornar creisser un bocin d’esper, l’escòla (Calendretas), òc de segur, mas i a pas ren mas que l’escòla filh de loira, i a las festas , los carnavals coma lu de Pau o de Nissa (e quante un Carnaval Occitan a Lemòtges, Tula, Briva, Peiriguers?), los festenaus (coma l’Hestivòc de Pau) e tan d’autres enquera , i a l’Internet e las Oèb TV, e chadun pòt crear lu seu pitit quauquaren a la nòstra mòda (en òc, òc de segur!) subre Youtube o Dailymotion,i a los mejans tecniques de tornar rendre vusdable la linga nòstra dins lu monde daus mestieraus e lu trabalh; quina lei empaischa de zo far a tras d’una sinhaletica bilenga volontaria (Coiffeur/Peluchier, Charpentier/Fustier etc…) perque esperar un còp de siulet d’un govern que que siá?
      I ren ad esperar daus d' »Ennaut »,siajan de Gaucha o de Drecha, s’en chautan que jamai pus, chau far locau chadun-chaduna per obtener, bocin a bocin, un resultat globau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s