Littoral en folie

Le bilan de la tempête Xynthia du 27/28 février 2010 apparaît d’ores et déjà dramatique. A 18 h, dimanche 28/02/2010, on en est déjà à 40 morts dans l’hexagone, la plupart sur la côte vendéenne,  plusieurs autres dans les pays voisins, des dizaines de blessés, 25000 interventions de pompiers, mais ce bilan est provisoire.
Les chiffres augmentent de minute en minute, les autorités distillent l’info pour faire passer la pilule…

Réunion de crise à Matignon, condoléances, promesses d’indemnisation et descente de Sarkozy,… mais qui tirera les leçons de ce nouveau déchaînement climatique ?

Les médias nous ont rassasié toute la semaine des déclarations climato-sceptiques de divers spécialistes auto-proclamés dont un certain « plumeur de mammouth », de triste mémoire à l’éducation nationale…

Les faits sont là.
Depuis 1999, les tempêtes d’hiver sont de plus en plus violentes et notre société apparaît très vulnérable aux risques naturels.

Aujourd’hui, c’est le bord de mer qui est touché (Vendée,…): de plus en plus de gens veulent s’y installer… Dans des maisons construites au plus près du bord de l’eau. A l’abri de digues peu entretenues car personne ne veut payer…« Les communes ont été envahies par les eaux pendant la nuit, alors que les vents violents se conjuguaient à une marée de fort coefficient » . (Libération)

« En France, en 2006, les communes littorales abritaient une personne sur 10 (6,1 millions de personnes au 1er janvier 2006), sur seulement 4 % du territoire, (cette proportion étant stable depuis les années 1980), avec 281 hab. / km² (densité 2,5 fois supérieur à la moyenne métropolitaine) La population n’y était que de 4,8 millions d’habitants en 1968 (soit + 25 % entre 1968 et 2006). » (Wikipedia)

Alors à quand l’arrêt de l’urbanisation sauvage du littoral?

Publicités

2 réflexions sur “Littoral en folie

  1. Il y a eu un « Grenelle de la Mer » : de bonnes idées mais quelle mise ne pratique. Pourtant, ça urge…

    Extrait du Ggrenelle de la mer (livre bleu)

    74. Anticiper et prévenir les risques naturels et technologiques

    74.a. Rendre obligatoires les plans de prévention des risques naturels et technologiques (PPRNT) dans les communes littorales.

    74.b. Accélérer l’élaboration des plans de prévention des risques technologiques des établissements SEVESO seuil haut, du littoral et la réalisation et l’exploitation des études de danger liées aux infrastructures, notamment de transport et portuaires.

    74.c. Renforcer les moyens de lutte contre les catastrophes naturelles par des mesures préventives et curatives dans le domaine de la gestion des déchets et du suivi de l’impact sanitaire.

    74.d. Prendre en compte systématiquement les risques naturels (tsunamis…), la hausse générale des mers et les autres effets du changement climatique dans les politiques d’aménagement du territoire et adapter les schémas de planification en conséquence, afin de réduire la vulnérabilité des populations et des territoires :

    – Pour les activités industrielles (existantes ou à venir) installées à proximité de l’eau, il est nécessaire d’anticiper les effets de l’élévation possible du niveau de la mer et d’assurer le suivi des impacts des prélèvements et des rejets ayant une incidence sur les milieux et sur les activités économiques qui en dépendent.

    – Intégrer à court terme ces questions dans les documents et autorisation

    d’urbanisme et d’aménagement – faire évoluer la partie correspondante du projet de loi « Grenelle 2 ».

    – Améliorer la planification des actions curatives pour faciliter le retour à la normale à l’issue d’un événement de grande ampleur d’origine climatique.

    – Elaborer sur des sites pilotes, notamment outre-mer, des plans de retrait face à la montée des eaux.

    74.e. Recenser et mettre en place un suivi des points critiques vis-à-vis des menaces à court terme (altimétrie, érosion, état des ouvrages…).

    74.f. Développer une méthodologie et une stratégie nationale (collectivités et Etat) pour la gestion du trait de côte, pour le recul stratégique et la défense contre la mer.

    Grenelle de la mer

  2. La météo avait prévu une tempête « vers 3 h du matin »…
    Le calendrier des marées indiquait de « grandes marées » de 102 et 108 le 28 février (Calendrier des Postes)

    Marée du 28 février à 4h25 du matin.

    Soit pratiquement à l’heure de la tempête…

    Y a t’il encore des marins sur les côtes ou simplement des résidents ?

    Qui a le lien avec la nature ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s