François Hollande, l’alternative pro-nucléaire…

Quatre jours après le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima (11/03/2011), François Hollande, aspirant socialiste au trône présidentiel, réaffirme son refus de sortir du nucléaire.
Un tel aveuglement de la part d’un « dirigeant politique » ne peut que nous inquiéter. Par contre, le complexe EDF-AREVA-CEA peut, lui, dormir tranquille. Avec Monsieur Hollande point d’alternative, mais la bonne vieille continuité…

GRIGNY (Essonne), 15 mars 2011 (AFP) – – François Hollande a estimé mardi à Grigny (Essonne) qu’il fallait « aller vers une réduction de la part du nucléaire » mais qu’en sortir n’était « pas aujourd’hui la réponse ».

« Autant je suis favorable au débat, autant je suis favorable à l’exigence de sécurité et de transparence, autant sur la sortie du nucléaire, ce n’est pas aujourd’hui la réponse », a affirmé l’ex-patron socialiste venu soutenir à Grigny-la-Grande Borne une candidate aux cantonales, Fatima Ogbi.

Pour lui, « il faut aller vers une diversification, vers une réduction de la part du nucléaire mais qui restera pour longtemps encore une dimension importante de notre bilan énergétique ».

Le débat national « doit être sur l’ensemble de notre politique énergétique dont le nucléaire doit demeurer une composante et rester une part substantielle qui doit être réduite à mesure que les énergies renouvelables pourront prendre toute leur dimension ».

« Il faut prendre la dimension de ce qui se passe au Japon, à la fois la catastrophe naturelle qui est intervenue et la catastrophe nucléaire qui menace. A cet égard, je comprends la position du gouvernement et je partage les appels à la solidarité que François Fillon a lancés », a-t-il déclaré.

« Une fois sortis de cette période, il va falloir, en France notamment -parce que nous avons un parc de centrales nucléaires important- que nous nous assurions presque site par site que toutes les conditions de sécurité sont réunies », a poursuivi le probable candidat aux primaires socialistes.

« L’autorité de sûreté nucléaire est déjà mobilisée par rapport à cette mission, mais il faudra donner encore plus de transparence à ces missions et faire cet audit qui est réclamé et qui préparera ce débat national ».

Sur le référendum, demandé par les écologistes, « on ne peut pas répondre oui ou non à une question aussi lourde et aussi complexe et qui fait appel à des réponses multiples », a-t-il dit.

« Avec les écologistes, on aura cette discussion comme on l’aura avec les Français », a assuré le député de Corrèze.
« On constatera un certain nombre de convergences sur les énergies renouvelables et une divergence sur le rythme de réduction de la part du nucléaire », a fait valoir M. Hollande.

Publicités

2 réflexions sur “François Hollande, l’alternative pro-nucléaire…

  1. ce que propose monsieur Hollande, me parait plus censé et plus réfléchit que se que propose madame Aubry !

    • Comment faire confiance à un prétendant au trône qui fait confiance au nucléaire ? M. Hollande n’a visiblement pas tiré les leçons de Tchernobyl et Fukushima…
      Ils sont nombreux dans ce cas au PS (je ne parle même pas des UMPFN).
      Le formatage de l’ENA n’aide pas à être un dirigeant politique responsable. Tout juste à devenir un « gérant loyal » du système…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s