MANÒC / Manot (16500) : bilinguisme et discrimination

La commune de MANÒC / Manot utilise de plus en plus le bilinguisme dans sa communication (bulletin municipal, documents divers)

Mais qu’on ne s’y méprenne pas, il ne s’agit pas de remettre à l’honneur l’occitan, langue historique du Confolentais – ce morceau d’Occitanie égaré en Poitou-Charentes. Par exemple en affichant publiquement son nom en bonne écriture occitane : MANÒC

MANÒC / Manot : panneau refusé par le conseil municipal.

Au contraire, comme on peut le lire sur le compte-rendu du conseil municipal du 6 mai 2010 :

 » La Communauté de Communes du Confolentais a proposé de co-financer la pose de panneaux en occitan aux entrées de certains bourgs faisant partie des pays de langue d’oc. Le Conseil par 9 voix contre 3 a décidé de ne pas s’associer à cette initiative. »

On peut imaginer les arguments utilisés par les adversaires de la signalisation occitane : trop cher !

En fait, il s’agissait de 4 panneaux (co-financés par la CDC du Confolentais – avec la participation (¼ du montant) d’ une association occitaniste de Limoges…) 9 communes du Confolentais ont su profiter de l’aubaine .

Pas MANÒC / Manot.

Pensez-donc ! on aurait dépensé 200 € pour afficher l’identité occitane de la commune !

Remarquons que ce conseil municipal ne prend pas tant de gants envers l’argent du contribuable quand il s’agit de l’aménagement du bourg !

« Budget 2010 : Aménagement du bourg, tranches 1 et 2 : 500 000 € + Effacement des réseaux électriques, de communication électronique, rénovation de l’éclairage du bourg : 110 000 €

Budget 2011 : Aménagement du bourg, 3° tranche : 456 000 € »

La «cherté» des panneaux cache mal le mépris de ce conseil municipal envers la langue et la culture occitanes.

Un autre bilinguisme est davantage prisé par nos édiles.

Depuis plusieurs numéros, le bulletin municipal comporte des articles en anglais. Une invitation à «découvrir ou redécouvrir [l'[ aménagement [du bourg] / In order to enable you to discover or rediscover these improvements… vient de nous parvenir.

On nous parlera dans ce cas de «respect des différences», «d’accueil citoyen», d’ouverture à l’autre …

On ne peut que s’indigner devant les différences de traitement :
– D’un côté l’occitan, langue parlée ici depuis plus de 12 siècles, que l’on refuse de voir exister sur un simple panneau.
– De l’autre l’anglais, parlé par quelques résidents (beaucoup de secondaires qu’on ne voit que 2 ou 3 semaines par an…) qu’on affiche complaisamment.

On peut chercher les raisons de cette discrimination.

L’anglais représente un poids économique : les marchands de maisons, de matériaux et les supermarchés du Confolentais ont fait leur beurre avec la vague britannique…

L’occitan nous rappelle notre histoire, les humiliations subies à l’école, la langue des «paysans», des pauvres… Tout ce dont, inconsciemment, on a honte…

Finalement, au conseil municipal de MANÒC / Manot, on préfèrerait être anglais… arriver avec la grosse bagnole, le chéquier rebondi, le mépris discret pour les ploucs du coin qui ne se rendent pas compte de leurs richesses…

A quand un panneau MYNOT à l’entrée de la commune pour couronner l’aménagement du bourg ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s