Stop Mélenchon !

Sous couvert de progressisme et de radicalisme, Jean-Luc Mélenchon est en réalité un Conservateur.
Ne serait-ce pas là, la clé de son «succès» auprès de couches sociales déboussolées, prêtes à passer d’un vote d’extrême-droite à un vote d’extrême-gauche ?

Sur son blog et dans ses discours, il aime à se mettre en scène en Père Fouettard du Socialisme fixant la «ligne jaune» à ne pas dépasser. Gardien des Tables de la Loi, il invoque une mythique «tradition de gauche» censée dicter les bons choix politiques.

On croit rêver quand il déclare son admiration sans bornes pour François Mitterand, ou quand il se ré-incarne, place de la Bastille, en général De Gaulle à la libération de Paris…

Les auditoires sont captivés par ce Père autoritaire, le doigt pointé en avant, qui promet de les défendre contre les ennemis tapis dans l’ombre.

Chéris de toujours du répertoire mélenchonnien, les vieux épouvantails jacobins, «fédéralisme» et «inégalité devant la loi», font un grand retour sur son blog le 26 mars.

« A Ajaccio, sur une place publique et dans le vent sournois qui rendait le son si pénible…» La scène est plantée, c’est la Corse, ses séparatistes encagoulés, ses mafias, Colomba en robe et fichu noir, mitraillette sous le jupon … Et François Hollande, en otage (?) prêt à tous les reniements de la République une et indivisible.

«François Hollande à Ajaccio a déclaré vouloir donner un pouvoir réglementaire aux régions. Rien que ça !»
Ce qui est banal dans toute l’Europe, serait dans la France de Mélenchon, un scandale et un crime.

Et ce «régionalisateur» très très modéré qu’est Hollande, se voit affublé du péché suprême : réaliser le «rêve du Medef !»

Car dans la logique mélenchonnienne «Cela constitue un démembrement de l’égalité devant la loi et dans la mise en œuvre de celle-ci. Par exemple, l’application du code du travail ne saurait être à géométrie variable.» Et, rappel à l’ordre définitif : « La France n’est pas une république fédérale ! »

D’ailleurs Hollande n’est-il pas prêt à trahir la sacro-sainte constitution «pour y introduire à trois reprises des exceptions à l’unité de la loi et de la communauté légale : le contrat au-dessus de la loi, le Concordat en Alsace-Moselle et la Charte des langues régionales !»

Mélenchon excelle dans la dénonciation, en particulier de ses anciens amis politiques.

Aujourd’hui, avec 31 ans de Parti Socialiste au compteur, il tente un remake du Georges Marchais de 1981 en petit Père du Peuple.

Mélenchon est un conteur, habile manipulateur des angoisses de son auditoire. Mais ses «solutions» sont datées.

Leur mise en oeuvre constituerait une régression démocratique et un absolu contre-sens historique.

Publicités

Une réflexion sur “Stop Mélenchon !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s