Barrage de Sivens : la dépendance occitane

Réagissant à l’affaire du barrage de Sivens, Marisa Labrueissa nous écrit :

« La colonisation de l’Occitanie, dénoncée par Robert Lafont dans les années 70, demeure une réalité.

L’affaire du barrage de Sivens illustre l’état de dépendance des Occitans vis à vis de modèles importés.

Pour échapper à l’image d’archaïsme que le pouvoir hexagonal leur a collé à la peau, les agriculteurs revendiquent les symboles de la modernité: agriculture industrielle, exploitation intensive des ressources. Sans se rendre compte que le colonisateur a un temps d’avance et commence – du moins ses franges éclairées – à remettre en cause le credo scientiste.

Les pays en voie de développement sont poussés à produire à outrance, à extirper un maximum de la nature pour connaître le mirage du mode de vie occidental. De même les Occitans pensent qu’en utilisant les méthodes destructrices de l’environnement du modèle nordiste (Beauce et Brie), ils parviendront à compenser le délabrement industriel, le pillage des ressources et des hommes imposés par Paris.

La seule richesse qui leur restait, une nature plus ou moins intacte, des terres non encore transformées en substrat inerte, est en passe de disparaître parce qu’on aura copié un modèle de développement dépassé et qui a prouvé sa nocivité.

Et c’est là que la fierté d’une identité occitane retrouvée pourrait jouer son rôle: pourquoi copier le nord alors que le mode de développement prôné par les néo-ruraux écologistes est celui-là même que les Occitans ont abandonné pour échapper au miroir négatif que leur tendait le colonisateur?

Il suffirait de retrouver tous les savoir-faire artisanaux et agricoles encore en usage il y a 10 ou 20 ans, en les améliorant des connaissances techniques nouvelles pour être en phase avec la véritable agriculture de l’avenir respectueuse des ressources, des paysages et des humains.

Or au lieu d’un bond qualitatif vers le futur, nous assistons à un retour en arrière, flagrant également dans la revendication politique.

L’affirmation de soi en tant que membre d’une communauté spécifique avec des besoins et des attentes particulières, (le mot d’ordre des années 70 – 80 «Volem viure, trabalhar e decidar au país») semble complètement oubliée.

La colonisation ne peut avoir que deux issues: soit sa disparition par la révolte des colonisés, soit la disparition du colonisé par son effacement et son assimilation totale dans la société colonisatrice.

A partir du moment où le colonisé refuse de mettre en avant son pays, sa volonté d’autonomie et d’exercice du pouvoir politique, à partir du moment où il accepte le seul rôle que veut bien lui assigner le colonisateur, celui de revendicateur culturel, il renonce à son existence propre. Il est rejetté dans le folklorisme.

La lutte pour la langue et la culture qui semblent être les seuls moteurs actuels de l’occitanisme est encouragée par les structures dirigeantes: elle donne un vernis d’acceptation des différences vis à vis de l’extérieur, musèle la revendication politique et facilite l’extinction graduelle et programmée de l’occitan.

C’est donc à l’assimilation totale de l’Occitanie et des Occitans que nous assistons. Peut-être ne nous sommes nous jamais remis de cette conquête brutale par les barons du nord suivie de deux siècles de terreur inquisitoriale. Peut-être le traumatisme subi explique-t-il cette position d’éternel suppliquant – demandes de subventions, de postes, de locaux, de lois, de ratification – sans voir que c’est celle d’un vaincu et sans voir le mépris dans les yeux des dirigeants pour l’avoir acceptée.

Nulle part la revendication culturelle n’a abouti sans combat pour l’autonomie politique. Soit de nouvelles forces se lèveront pour refuser l’assimilation, soit nous disparaitrons. »

Marisa Labrueissa (3/12/2014)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s