Soutien à Jean-Paul Denanot, cible d’intégristes « républicains »

Le Partit Occitan soutient Jean-Paul Denanot, président de la région Limousin, qui dénonce un «acharnement injustifié » contre la Calandreta lemosina, la région étant signataire de la « Charte interrégionale et transfrontalière de développement de la langue occitane ». Comme le dit Jean-Paul Denanot , « un tel acharnement contre une association laïque, dont la mission est reconnue et légitime, est incompréhensible ».

Le Partit Occitan dénonce la manipulation de quelques intégristes nostalgiques des grandes heures de la guillotine, et déjà désavoués par le tribunal de Marseille dans leur contestation de la signalisation en occitan (Villeneuve-de Maguelonne).

Sous couvert du slogan «école publique-fonds publics», leur objectif est tout autre: il s’agit toujours, plus de 2 siècles après l’abbé Grégoire, d’éradiquer «les patois».

La Calandreta lemosina a pour but premier d’enseigner l’occitan aux enfants, mission que l’Éducation Nationale refuse d’assurer, malgré la loi, à l’heure actuelle en Limousin.

La Calandreta lemosina école publique, ouverte à tous, répond de manière associative – à sa modeste échelle – à une carence du service public d’Etat.


http://partitoccitan.org/article766.html

Europe Ecologie Limousin : une soirée  »historique »

Ghislaine Jeannot-Pagès avait invité le 1er mars à Limoges, Gustave Alirol, président du Partit Occitan et lui-même candidat en Auvergne, et Estela Parot-Urroz, membre de la liste en Haute-Vienne, à plancher sur «une politique pour les langues régionales».

Une question pas si éloignée qu’on pourrait le croire des préoccupations d’Europe Ecologie. Lire la suite

Une politique pour les langues régionales ? Débat avec Gustave Alirol à Limoges le 1er mars

le lundi 1er mars 2010 à 20h30 , Salle Blanqui 3 (derrière la Mairie)

Une politique pour les langues régionales ?

La « chasse au patois » dans l’école de Jules Ferry, reste dans les mémoires. En Limousin, en Occitanie en général, dans de nombreuses régions, le traumatisme est profond, faisant de ce sujet un tabou politique.

L’extinction de l’occitan en Limousin est une menace à court terme. Lire la suite